Imagen demo
Logo Universidad CEU San Pablo
Sala de prensa

Noticia

Les actualités

L'esprit de la Transition espagnole, plus présent que jamais

20/06/2024
Imagen de la noticia

L'Institut d'Études sur la Démocratie de l'Universidad CEU San Pablo a célébré son 20e anniversaire en rendant hommage à la Transition espagnole et en distinguant quatre des figures qui ont participé en première ligne. Le Forum politique de l'Institut a décerné son Prix du « Mérite pour l'Espagne » à Alfonso Guerra (Parti socialiste ouvrier espagnol); Rodolfo Martín Villa (Union du centre démocratique); José Manuel Romay Beccaría (Alliance populaire); et Ramón Tamames (Parti communiste d'Espagne), pour avoir rendu possible la concorde entre tous les Espagnols, propulsant une période historique de liberté, de démocratie et de bien-être.

L'ancien vice-président du gouvernement, Alfonso Guerra, a reproché au gouvernement ses accords avec les « héritiers de la terreur » et les « séparatistes », et a exprimé sa déception face aux « accords avec les extrémistes » et à l'inquiétude que suscite la cession permanente aux condamnés pour sédition et détournement de fonds. « On ne peut pas approuver un coup d'État et soutenir que l'essence de la démocratie est maintenue ; cela a généré un immense malaise chez ceux qui vivent la démocratie avec intensité et conviction », a-t-il affirmé.

Dans cette ligne, Guerra s'est demandé si « un jour » le parti au pouvoir expliquera « pourquoi il leur est plus facile de conclure des accords avec les populistes, les séparatistes et les héritiers de la terreur qu'avec le principal parti d'opposition ». En revanche, il a réfléchi sur le fait que le parti d'opposition exposera ses raisons pour lesquelles « il leur est plus facile de pactiser avec l'extrême droite qu'avec le parti au pouvoir ».

Dans son discours, l'ancien vice-président a mis en valeur la politique de consensus entre partis opposés, rejetant la stratégie de division en blocs « avec un mur marquant la frontière ami-ennemi », car il la considère comme un « dangereux recul dans l'étape démocratique de l'Espagne ». En ce sens, Guerra a rappelé l'esprit de consensus entre les différents partis durant la Transition. « Je suis convaincu qu'il est nécessaire de redoubler d'efforts pour transmettre à tout le monde, à tous les secteurs de la population, ce que la Transition a signifié dans l'histoire d'un pays politiquement tourmenté pendant des siècles », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Rodolfo Martín Villa a rappelé la période de la Transition comme un moment et une « époque unique où les Espagnols ont donné le meilleur de leurs capacités au service de tous », soulignant que les sondages d'opinion s'accordent sur « le désir d'accords fondamentaux entre les deux grands partis ». À cet égard, il s'est demandé s'il n'est pas possible d'avoir des accords comme à cette époque : « N'est-il pas possible de restaurer dans la vie politique espagnole ce consensus de concorde nationale proposé par le Roi Juan Carlos sans lequel la Transition n'aurait pas été possible ? »

Écho à ces paroles, José Manuel Romay Beccaría a insisté sur la nécessité de « préserver l'esprit de concorde de 78 et d'éviter l'affrontement et la discorde ». De même, Ramón Tamames a souligné le moment culminant de la Transition. « Une entente entre différentes forces politiques qui a permis la légalisation du PCE ; un signe tant attendu que la démocratie, par la lutte et les efforts de tant de personnes, arrivait enfin en Espagne », a-t-il rappelé.

Le président de l'Institut CEU d'Études sur la Démocratie, José Manuel Otero Novas, qui a fait le bilan des travaux menés par son Forum politique, a critiqué le manque de consensus entre les deux grands partis, « pour ne pas avoir à se livrer, contre le reste de l'Espagne, à la voracité des partis nationalistes ». À cet égard, il a indiqué que le Forum politique de l'Institut propose deux mesures. La première consiste à structurer deux votes, l'un au Congrès et l'autre au Sénat, afin qu'avec 60 % des voix de chaque Chambre, l'article 99 puisse être rapidement réformé, établissant que le président du gouvernement, au lieu d'être élu par le Parlement, soit élu par le peuple, mais par un vote direct et séparé, avec un éventuel second tour entre les deux premiers candidats si personne n'obtient la majorité absolue des voix au premier tour.

D'autre part, supprimer la procédure des amendements de totalité aux lois. « Ils sont très discutablement démocratiques ; la réalité nous montre que, dans ceux-ci, le gouvernement est soutenu par son propre parti plus d'autres qui reçoivent un prix supérieur à leur poids électoral, déformant la démocratie ; et votent conjointement contre le projet ceux qui, dans la matière, veulent plus, ceux qui veulent moins et ceux qui veulent la même chose », a-t-il expliqué.

Le président de la Fundación Universitaria San Pablo CEU, Alfonso Bullón de Mendoza, a clôturé cette rencontre en félicitant les étudiants distingués par le Prix Tacite et en remerciant les lauréats du Prix du « Mérite pour l'Espagne » pour être d'excellents représentants de l'esprit de la Transition. « Défendre l'esprit de la Transition est quelque chose de très nécessaire de nos jours », a-t-il conclu.

 

Prix « Groupe Tacite »

La vice-rectrice des Relations Institutionnelles de l'Universidad CEU San Pablo, María Bellido ; le recteur de l'Universidad CEU Cardenal Herrera, Higinio Marín ; et le recteur de l'Universidad CEU Fernando III, Alberto Parejo, ont été chargés de remettre les Prix « Groupe Tacite », avec lesquels le Forum politique de l'Institut CEU d'Études sur la Démocratie récompense les meilleures propositions et solutions pour résoudre les problèmes de l'Espagne.

Dans la catégorie Architecture et Ingénierie, le prix a été décerné à María Silvia Arévalo Poincot, étudiante à l'Universidad CEU San Pablo, pour son projet de fin d'études « La laine en ruine ». Dans la catégorie Droit, Guillermo Maximiliano Peral Vaello, étudiant de la CEU USP, a été récompensé pour son projet de fin d'études intitulé « La protection juridique des symboles nationaux en Espagne ». Pour sa part, dans la catégorie Sciences de la santé, Ana Gutiérrez Bardají, étudiante de la CEU USP, a été reconnue pour son projet de fin d'études « Nouveaux systèmes nanostructurés à base de chitosane et de pectine avec des applications biomédicales ».

Palabras clave Alfonso Guerra Rodolfo Martín Villa José Manuel Romay Beccaría Ramón Tamames Tacite Démocratie Transition