Imagen demo
Sala de prensa

Noticia

Les actualités

Avancées dans l'étude de l'épilepsie pharmacorésistante

13/02/2023
Imagen de la noticia

Une équipe de chercheuses de l'Hôpital Universitaire La Princesa dirigée par la neurochirurgienne Cristina Torres et la chercheuse Mª Carmen Ovejero appartenant au groupe NEUROFAN de la Faculté de Pharmacie de l'Université CEU San Pablo, a réussi à identifier un nouveau sous-type de cellules cérébrales impliquées dans l'épilepsie résistante aux médicaments. Cette découverte s'ajoute à l'identification d'un potentiel marqueur sanguine découvert par le même groupe de chercheurs, qui pourrait permettre de prédire l'épilepsie pharmacorésistante. Les revues scientifiques Molecular Neurobiology et Neuropathology and Applied Neurobiology ont déjà publié les résultats de ces deux études, auxquelles ont participé une équipe pluridisciplinaire de neurologues, de neurochirurgiens, de biochimistes, de biologistes, d'anatomopathologistes et de scientifiques des données des deux centres.

Il existe un type d'épilepsie, appelée pharmacorésistante, dans lequel l'efficacité du traitement médicamenteux est fortement réduite. Le faible taux de réponse aux médicaments d'un quart des patients atteints d'épilepsie est le point de départ des recherches menées entre l'Hôpital Universitaire La Princesa et l'Université CEU San Pablo, dans le but de découvrir les processus qui se produisent dans le cerveau de ces patients. Les chercheuses, Mª Carmen Ovejero et Cristina Torres, cette dernière neurochirurgienne du centre madrilène, espèrent que les progrès accomplis grâce aux études aideront à mieux comprendre la maladie et à obtenir de nouveaux médicaments.


Épilepsie pharmacorésistante, objectif des deux recherches

La première des études a été capable de découvrir un sous-type de cellules cérébrales impliquées dans l'épilepsie non traitable avec des médicaments. L'analyse d'échantillons de tissus cérébraux de ce type de patients a permis de conclure que certaines de ces cellules, appelées astrocytes, contenaient deux fois plus d’ADN que les cellules normales.

Une deuxième recherche a pu identifier un potentiel marqueur sanguin de l'épilepsie pharmacorésistante grâce à l'analyse de millions de données bioinformatiques des marques épigénétiques simultanées dans le sang et les tissus cérébraux. Il s'agit d'une découverte clé qui pourrait aider à la détection précoce de la maladie et à la sélection des patients candidats à la chirurgie de l'épilepsie.

Les patients qui ne répondent à aucun type de traitement sont candidats à cette intervention chirurgicale, au cours de laquelle le fragment cérébral qui fonctionne de manière incorrecte est retiré chirurgicalement. L’efficacité de l´intervention est élevée chezchez les personnes qui qui ne sont pas à un stade très avancé de la maladie, il est donc de la plus haute importance de détecter la maladie au plus tôt.

L'identification de ces biomarqueurs a été publiée dans la revue Molecular Neurobiology, tandis que la confirmation de l'existence d'astrocytes à double contenu d'ADN et leur participation à l'épilepsie ont été publiées dans les pages de la revue scientifique Neuropathology and Applied Neurobiology.


Plus d'informations :

Biomarqueurs sanguins : Sánchez Jiménez et al. "Description de la méthylation de l'ADN dans l'hippocampe, le cortex, l'amygdale et le sang des épileptiques du lobe temporal résistants aux médicaments" Molecular Neurobiology.

https://doi.org/10.1007/s12035-022-03180-z

https://link.springer.com/article/10.1007/s12035-022-03180-z

Astrocytes à double contenu d'ADN : Sanz-García A, Sánchez-Jiménez P, Granero-Cremades I, et al. La tétraploïdie neuronale et astrocytaire est augmentée dans l'épilepsie résistante aux médicaments. Neuropathol Appl Neurobiol. 2022; e12873.

https://doi.org/10.1111/nan.12873

Palabras clave Epilepsie Médicaments Recherche Hôpital de La Princesa